Critique du film Jigarthanda – De sang froid par Sophia SAMY

octobre 28, 2014
par Shankara Team

jigarthandacritique

Après l’excellent Pizza sorti en 2012, Karthik Subbaraj s’essaie sur un nouveau genre avec Jigarthanda. Encore une fois, le jeune prodige nous délivre une œuvre digne de ce nom, à la hauteur de toutes les espérances.

Ce film d’un genre nouveau manie à merveille nos émotions, jusqu’à nous mener vers une étonnante froideur au dénouement

Karthik (Siddharth) est un jeune réalisateur fraîchement éliminé d’un jeu télévisé à la recherche des jeunes talents. Cependant, un des membres du jury (Aadukalam Narain) voit en lui un excellent réalisateur et lui promet de le produire s’il réalise un film sanglant sur le quotidien des gangsters. Pour ce faire, Karthik part pour Madurai pour tenter d’approcher « Assault » Sethu (Simha), un mafieux local à la notoriété sulfurante. Aidé par son ami d’enfance Oorani (Karunakaran) et une amie de Sethu, Kannama (Lakshmi Menon), Karthik parvient à approcher la bête…

La grande réussite du film est due aux performances des acteurs respectifs. Siddharth est convaincant dans son rôle de réalisateur en quête de reconnaissance, bien que mon affection ait toujours été moindre pour cet acteur. Karunakaran apporte quelques rires par moment avec son humour spontané et cynique. Leur duo fonctionne bien. Lakshmi Menon est plus naturelle que jamais. Très peu maquillée et sobrement habillée, elle apporte la touche féminine et sensible dans ce monde de violence et de peur.

Il est impossible de parler du jeu d’acteur dans ce film sans soulever l’excellente et terrifiante performance de Simha qui ne fait que confirmer son talent et sa place dans le cinéma tamoul au fur et à mesure de ses apparitions. Il est tout simplement époustouflant dans son rôle de sombre mafieux. Il est imprévisible et affreusement intimidant. Il efface littéralement le personnage principal de l’histoire, censé être Karthik. L’intrigue mute au cours du film : le point de vue n’est plus celui de Karthik mais celui de Sethu. Karthik fait, malgré lui, partie du décor chaotique qu’il tente de dépeindre. Il finira par alimenter le côté sanglant qu’il était venu chercher.

La musique de Santhosh Narayanan souligne parfaitement les moments clés et rythme le film. Les chansons sont agréables car courtes et utiles.

8/10 – Très bon.

À propos

Laisser un commentaire